Réponse de Pierre Laurent à la lettre de la FRAdIF pour les élections régionales d’Ile-de-France

Nous publions ci-dessous la réponse de Pierre Laurent, secrétaire général du Parti Communiste Français et tête de liste pour le Front de Gauche aux élections régionales, à notre lettre ouverte adressée aux candidat(e)s têtes de liste pour les élections régionales d’Ile-de-France.

La FRAdIF remercie très sincèrement Pierre Laurent pour ce courrier et de son engagement renouvelé pour soutenir les radios associatives et le mouvement associatif d’Ile-de-France si la gauche demeure majoritaire au Conseil Régional.

Le Conseil d’administration de la FRAdIF

Paris, le 1er décembre 2015

Monsieur,

Nous avons bien reçu votre courrier adressé aux candidates et candidats têtes de listes pour les élections régionales. Nous vous en remercions. C’est avec plaisir que nous y répondons.

Notre groupe politique, lors du mandat 2004-2010, avait l’honneur d’exercer, par le truchement de Madame Claire Villiers, la vice-présidence à la vie associative. Et durant le mandat qui s’achève maintenant, notre élue (et candidate) Céline Malaisé a été présidente de la Commission Jeunesse, citoyenneté et vie associative. Aussi, nous sommes très sensibles au devenir des associations en général, et en particulier à toutes celles qui travaillent au quotidien pour faire vivre le débat d’idées, forger la citoyenneté, lutter contre les discriminations et mener une mission éducative, notamment à travers la culture et les médias.

Le dispositif d’aide aux médias associatifs en vigueur depuis 2008 sera naturellement maintenu si nous restons en direction de la région IDF, et développé, en concertation avec les associations concernées. En effet, le travail en concertation, que nous avons toujours privilégié de manière systématique, est pour nous à la fois une méthode de travail, un objectif de long terme et la condition de la réussite des politiques élaborées.

Les emplois tremplins, pour lesquels nous avons constamment exercé une totale vigilance, demeureront un dispositif de haute priorité pour nous, alors que l’opposition de droite l’a fustigé tout au long du mandat et menace aujourd’hui de le faire purement et simplement disparaître. Les associations sont créatrices de dynamiques, citoyennes et économiques, elles créent de la richesse humaine et elles créent de l’emploi. Nous proposons de doubler le nombre d’ « emplois tremplins projet » et de renforcer les modalités permettant la pérennisation des emplois, en CDI.

Nous avons obtenu, au cours du mandat, un doublement du FRDVA (de 1 à 2 millions d’euros). Nous nous engageons à le doubler à nouveau durant la prochaine mandature. Pour nous, les associations sont les actrices prioritaires de la politique régionale. Elles portent, dans leur activité et leur engagement, les valeurs que nous essayons de faire vivre à travers nos politiques publiques. Elles sont des partenaires à part entière, présentes dans tout le droit commun régional. Nous refusons qu’un contexte d’austérité imposée se répercute sur le monde associatif et ferons en sorte que les lignes budgétaires qui leur sont spécifiquement dédiées soient augmentées.

Nous avons commencé à travailler à la simplification des procédures, conscients de la lourdeur de la tâche et du découragement qu’elle provoque, en particulier pour les petites structures déjà éprouvées par des difficultés de tous ordres. Nous mettrons en place un guichet unique pour toutes les politiques relatives aux associations, pour délivrer toute l’information relative aux dispositifs existants, pour assurer le suivi des dossiers (suivi que nous renforcerons à chaque étape du processus, jusqu’à l’obtention d’une réponse substantielle, fusse-t-elle négative).

Même si nous ne partons pas de rien, il nous faut profondément revoir l’action régionale en direction des associations. Nous souhaitons que des espaces et des temps récurrents de réflexion collective et de travail commun soient institués, pour faire évoluer nos politiques, en particulier pour que les financements par projets soient peu à peu abandonnés et remplacés par des subventions au fonctionnement des structures associatives. C’est ainsi que nous permettrons aux associations de se concentrer pleinement sur leur cœur de métier, d’investir toutes les ressources et leurs énergies à mener les actions qui constituent leur raison d’être.

Nous considérons que les radios associatives sont des portes-voix précieux, du monde associatif, des initiatives citoyennes, militantes. Leur travail est de grande utilité et nous continuerons à l’encourager et à le développer. Nous pensons également que les radios associatives sont aujourd’hui à préserver, dans une période où les canaux d’expression sont multiples, les technologies très performantes, mais où faire entendre sa voix est paradoxalement difficile. La diffusion de la parole sur les ondes est un outil de grande valeur, qui permet de toucher beaucoup de monde. Nous mettrons en place une communication afin de faire connaître davantage le réseau des radios associatives.

Nous étudierons ensemble les possibilités de diffusion de messages institutionnels par les radios associatives.

Nous disposons d’un programme détaillé que nous vous invitons à consulter, sur le site internet www.nosviesdabord.fr

Nous nous tenons à votre disposition pour en discuter plus longuement les contenus, pour le faire évoluer ensemble.

Avec nos salutations solidaires,

Pierre Laurent

Commenter cet article avec Facebook

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

La Fédération des Radios Associatives d'Ile-de-France